Saga: un petit roman pour le printemps

Une critique. Ou plutôt une appréciation. J’ai enfin retrouvé le goût à la lecture. Tsé, lire un bon livre juste pour le plaisir. Vous vous souvenez sans doute de ma période creuse en ce sens. Où lectures universitaires pimentaient mon quotidien … ou pas, parce que je les lisais plus ou moins. Ça m’avait écoeuré de lire, parce que des lectures universitaires, on va se le dire ben franchement, vous pis moi, c’est chiant, c’est rien de fictionnel avec des péripéties pour vous tenir dans l’histoire. No-non. Rien de ça, de la théorie, de la pensée raisonnée, et j’en passe.

 

Mais ce temps est révolu, merci la vie. Maintenant que j’ai terminé mes études – du moins un baccalauréat – je me suis replongé dans un roman y’a 3-4 semaines. Bon, c’était 50 nuances de Grey. Je l’ai dévoré, mais ce n’est pas de lui que je veux vous parler. Lui, son nom n’est plus à faire, il est best-seller alors…Non. Celui que je veux vous faire découvrir, c’est une amie – et colocataire, qui se reconnaîtra immédiatement – qui me l’a fait découvrir. Alors qu’on revenait d’une petite marche jusqu’au cordonnier du quartier, nous nous étions arrêtés dans une petite librairie. Il faisait chaud, et ils avaient installé une table sur le trottoir. Des livres à 2-3 dollars. De quoi se reconstruire une bibliothèque rapido-presto.Captivé par la table, nous nous étions aussi permis de faire une petite visite à l’intérieur. C’est là qu’elle m’a tendu le livre en disant qu’un certain professeur du Cégep lui avait recommandé et qu’il était vraiment bon. Ce livre, c’est «Saga» de Tonino Benacquista.

saga

Résumé:

L’histoire de 4 adultes : Jérôme le scénariste floué qui rêve d’Hollywood, Louis le scénariste has been, Mathilde l’écrivaine de romans roses et Marco l’aspirant scénariste (et aussi narrateur du récit). On nous les présente un à un pour ensuite créer la rencontre de ces quatre auteurs autour d’une série télé, la «Saga». Une chaîne de télévision française doit remplir ses quotas de productions «locales françaises» et engage donc les quatre afin qu’ils pondent une série de 80 épisodes destinées à la plage horaire de 4 à 5 heures du matin. Bref, aucune visibilité, et on se fout que ce soit bon ou mauvais. Cependant, la série prendra une tournure inattendue et propulsera ses auteurs dans une aventure inespérée.

 

Appréciation:

Ce qui m’a rejoint tout d’abord dans ce roman de 440 pages, c’est le sujet. Étant moi-même passionné de cinéma et d’écriture, et après avoir fait un certificat en scénarisation, le sujet scénaristique suscite mon attention. On montre les travers du métier, ses ingratitudes comme ses possibles révélations. On explore le processus de création, le questionnement des créateurs. Bref, on découvre un peu plus ce métier de l’ombre.L’autre thème qui m’a accroché est la vengeance. Nos 4 personnages ont, d’une quelconque façon, tous vécu une injustice. Cependant, au 3/4 de l’histoire, le vent tourne et j’en jubilais. Ils réussissent tous à faire un pied de nez au karma et faire revenir le pendule à leur faveur. Des scènes de vengeance complètement savoureuses.  Le genre qu’on voudrait tous, et avoir le courage, l’opportunité ou les ressources pour les accomplir.

Je vous le conseille vraiment. C’est léger, ça se lit bien et c’est en format de poche. Avec le printemps qui s’amène, c’est idéal pour les petites lectures en plein air. Allez vous garocher dans votre petite librairie de quartier et trouvez-vous ce petit bijou pour seulement 3-5 $.

Jonathan

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s